Passez donc me voir... Je partage ma bibliothèque virtuelle. Je vous réserve ainsi des surprises à découvrir régulièrement au fil du temps... Un regard nouveau par l'entremise de photos, de musiques, de poésies, de vidéos, d'astuces et de publications variées. Un rendez-vous avec une page différente au gré de mes découvertes ou créations. Un nouvel ami pas si virtuel que cela avec lequel vous aimerez partager un moment. Bonne découverte.

  

Femmes belles ou laides de Raphaël Zacharie de Izarra



Hommage à une femme

Ta beauté vaut-elle l'absolue
ou me transforme-t-elle en esclave ?
Sa loi est-elle si cruelle, 
si injuste ?
Pourquoi la beauté aurait-elle tous les droits ?

***

C’est mon privilège. 
Me dit la belle Vénus.
Elle fait la loi en ces lieux.
 Ma gloire est dans mon éclat, 
Je suis vénérée pour des lauriers gagnés par ma seule naissance !

La séduction est mon arme cinglante, 
et mes proies sont ma coutumière aventure.

Ma beauté me donne vraiment tous les droits. 
J'en abuse.
 Vous m'admirez, 
Vous me célébrez, 
Vous m'honorez.

Point, je m’efface.

Je me nomme tout simplement
L'objet de vos transports 

Je me nomme 

FEMME

Créature de luxe que j'incarne, 
le mystère à portée de lèvres... 

***

Oh, vous êtes belle, certes,
Mais plus que cela, 
Vous êtes femme en esprit. 
Née reine, vous dépassez la simple beauté !

Vous êtes féminité incarnée,
et rien que féminité !

Sous vos griffes de prestige 
J’incline volontiers le regard pour mieux vous servir, 
Sans une once d’indocilité, 
Au service de votre hautaine beauté.

Avec diligence je courbe l’échine 
Lorsque votre front me désigne, impérial. 
En silence je convoite votre chair. 
Et me plie au ton arrogant de votre voix 
Qui prononce déjà mon nom... 

Sous le poids aigu de votre talon dûment chaussé 
de cuir et de luxe, 
je vous rends hommage. 
Et baise votre pied dédaigneux.

Librement interprété et mis en forme à partir d'un texte de


Auto-portrait de Frida KAHLO

La beauté des laides
Le sentiment amoureux que peut éprouver un honnête homme 
à l'endroit d'une femme, 
contrairement aux idées reçues, 
ne s'alimente pas nécessairement des beautés sensibles 
tels que de beaux yeux et de ravissants sourires. 
Ces charmes physiques flattent la vue, assurément. 
Pourtant là n'est point la base solide et crédible, 
la terre ferme et prometteuse sur laquelle s'appuie, 
pour mieux s'élancer, 
le véritable sentiment amoureux.
On n'imagine pas, 
conditionnés par les décrets de la mode diffusant les normes d'une beauté contemporaine, 
occidentale, 
ce qui émeut réellement l'esthète averti, 
le coeur sensible, 
l'âme éveillée, 
quand le sujet de ce curieux et terrible émoi, 
au lieu de s'appeler 
"beauté", 
se nomme plus volontiers 
"disgrâce"

Je crois plus en la profondeur d'une émotion née à la vue d'un visage féminin ingrat
qu'au sentiment superficiel éprouvé face à des traits plus flatteurs. 
Je ne fais pas ici le procès de la beauté bien au contraire. 
Je suis extrêmement sensible aux charmes évidents des jolies filles, 
des belles femmes.
Cela m'empêche-t-il de vouloir rendre hommage aux autres ? 
Comme tous les garçons normalement constitués et programmés par la toute puissante Nature, 
je suis naturellement sensible à la grâce féminine, 
aux doux visages de l'amour, 
aux appas de ces demoiselles nées sous l'aile de Vénus.

Pourtant si ces dernières sont des fleurs vivantes, 
des femmes qu'il faut chérir à juste titre, 
des anges adorables qu'il est agréable de regarder passer dans la rue,
d'admirer pour leur seule beauté, 
les autres, 
toutes ces créatures à la beauté absente, 
disgraciées pour la vie entière, 
ce sont des poèmes.
Tristes et beaux.

Ces femmes sont pareilles aux brises qui agitent les blés, 
délient les longs cheveux, 
font tourner les ailes des moulins : seuls leurs effets sont visibles.
Transparentes, les laides passent inaperçues dans la rue. 
La norme ne les reconnaît pas. 
Leur attrait est indirect, subtil, mystérieux. 
Proust ne disait-il pas :
"Laissons les jolies femmes aux hommes sans imagination" ?

Il y a du roman et des soupirs dans les amours qu'elles inspirent. 
Il y a du souffle et de l'esprit chez ces femmes sans éclat. 
Le vrai poète préfère faire rimer l'amour sans atours. 
Il trouve de la grâce là où ordinairement nul ne vient s'extasier.
Lire à travers leurs traits ingrats le désir d'un amour idéalement conçu est ma plus chère ivresse. 
J'aime me faire aimer des laides. 
Quoi de plus exquis qu'un regard que l'on sait secrètement amoureux ? 
Ces pauvres visages qui regardent l'être aimé sont à l'image de ma conception de l'amour : 
empreints de noblesse,
sensibles, 
chastement inspirés, 
répandant un triste et bel état intérieur... 

A travers
elles, l'amour est un mystère encore plus beau.
La détresse physique des femmes est chose émouvante. 
Le feu intérieur en elles se révèle ardent. 
Je suis un esthète de la cause impie : 
je chante les ombres, les mortes, les haillons.
J'aime les disgraciées plus que les arrogantes déesses des grands boulevards et des salons. 
J'aime les femmes fragilisées à cause de leur aspect, 
les filles laides et sensibles, pleines d'idéal.
Les larmes des poupées de chiffon font mieux fléchir mon coeur 
que les sourires des créatures de porcelaine. 
Je suis ému par les paysages d'automne, 
touché par les sanglots, 
troublé par les violons tristes, 
séduit par les feuilles mortes, 
les fleurs brisées.

1 commentaire:

Raphaël Zacharie de IZARRA a dit…

Merci de faire honneur à mes textes. Et bravo pour votre libre interprétation !

Raphaël Zacharie de IZARRA

Messages les plus consultés sur les 30 derniers jours

Les articles lus actuellement

Librairie virtuelle